Pompes à chaleur air-air air-eau

Installation de pompe à chaleur, climatisation, chauffe-eau thermodynamique. Systèmes de chauffage, de ventilation et de refroidissement écologiques et peu énergivores

Glossaire

Coefficient de Performance (COP)

Le COP, Coefficient de Performance représente la performance énergétique de la pompe à chaleur fonctionnant en mode chauffage. Il correspond au rapport entre l’énergie utile (chaleur restituée pour le chauffage) et l’énergie consommée (facturée) pour faire fonctionner la pompe à chaleur. Il est mesuré en laboratoire selon des normes européennes. Exemple : un appareil qui consomme 100 Watts d’électricité pour produire 100 Watts de chaleur à un COP de 1. Un appareil qui a un COP de 3,5 va produire 3,5 fois plus d’énergie qu’il n’en consomme. Donc plus le COP est élevé, plus la machine est performante et plus la facture d’électricité est diminuée.

Energy Efficiency Ratio (ERR)

L’ERR, Coefficient de Performance représente la performance énergétique de la pompe à chaleur fonctionnant en mode refroidissement. Il correspond au rapport entre l’énergie utile (froid restituée pour le rafraîchissement) et l’énergie consommée (facturée) pour faire fonctionner la pompe à chaleur. Il est mesuré en laboratoire selon des normes européennes. Exemple : un appareil qui consomme 100 Watts d’électricité pour produire 100 Watts de froid à un ERR de 1. Un appareil qui a un ERR de 4 va produire 4 fois plus d’énergie qu’il n’en consomme. Donc plus l’ERR est élevé, plus la machine frigorifique est performante et plus la facture d’électricité est diminuée.

SEER=QC/QCE

Coefficient d’efficacité énergétique saisonnier pour le mode refroidissement.

QC est la demande annuelle de refroidissement de référence exprimée en kWh/an.

QCE est la consommation annuelle d’électricité pour le refroidissement en kWh/an.


SCOP=QH/QHE

Coefficient de performance saisonnier pour le mode chauffage.

QH est la demande annuelle de chauffage de référence en kWh/an.

QHE est la consommation saisonnière d’électricité pour le chauffage en kWh/an.

 

Énergie renouvelable

On désigne aujourd’hui par énergies renouvelables un ensemble de filières diversifiées dont la mise en œuvre n’entraîne en aucune façon l’extinction de la ressource initiale et est renouvelable à l’échelle humaine :
– Vent : éolienne, houlomotrice.
– Soleil : thermique, photovoltaïque, thermodynamique.
– Chaleur terrestre : géothermie.
– Eau : hydroélectrique, marémotrice.
– Biodégradation : biomasse.
– Biocarburant.
Les énergies renouvelables sont ainsi multiples et fondamentalement diverses par leurs mécanismes physiques, chimiques ou biologiques.

Aérothermie

L’air qui nous entoure représente une masse thermique et un potentiel énergétique élevé car il est possible de puiser les calories de cet air et grâce à une pompe à chaleur Air/Air ou Air/Eau de chauffer avec un rendement important une pièce, une construction…. Si l’on chauffe avec une PAC (pompe à chaleur) Air/air, on puisera les calories de l’air extérieur et on les amplifiera pour chauffer l’air intérieur d’une ou plusieurs pièces. Si l’on puise les calories de l’air extérieur et que l’on amplifie cette chaleur pour la transmettre à un circuit d’eau chaude de chauffage, alors on parlera de PAC Air/Eau. Dans tous les cas, il s’agit d’aérothermie.

Fluide frigorigène

Un fluide frigorigène (ou réfrigérant) est un fluide qui permet la mise en œuvre d’un cycle frigorifique. Il peut être pur ou être un mélange de fluides purs présents en phase liquide, gazeuse ou les deux à la fois en fonction de la température et de la pression de celui-ci. Les fluides frigorigènes sont utilisés dans les systèmes de production de froid (climatisation, congélateur, réfrigérateur, etc.), comme dans les systèmes de production de chaud par pompes à chaleur.

Inverter

La technologie Inverter permet plus de confort pour moins de dépenses, et constitue une alternative aux splits classiques, qui fonctionnent selon le principe du « tout ou rien ».
Les splits classiques tournent à plein régime pour obtenir la température choisie et s’arrêtent quand le thermostat indique qu’elle est atteinte. Tant que la clim est en service, elle alterne ainsi des cycles de marche-arrêt qui génèrent sensation d’inconfort, surconsommation d’électricité et usure prématurée du compresseur.

comparaison climatisation inverter - tout ou rien
Comparaison du fonctionnement d’une climatisation inverter (en rouge) et d’une climatisation tout ou rien (en bleu)

 

%d blogueurs aiment cette page :